Art actuel : un Ferrero et un coup de griffe

Publié le par anne-art

En attendant de vous livrer le meilleur de mes notes de voyage, parce qu'il ne m'est pas possible d'importer dans ce blog mes photos depuis Ipad... je suis heureuse de présenter un overblog que j'ai aimé et qui s'intitule archeologue.overblog,com. Cela ne parle ni de vieux cailloux, ni d'ostrakos, mais d'art actuel, avec quelques célèbres (Kapoor, Viallat) et quelques moins célèbres, notamment un artiste performer chinois dont j'aime le "travail", à classer pour moi aux côtés de Bansky ou JR, dans une expression différente : il s'agit de Liu Bolin. Il se fait peindre pour se fondre dans un décor, regardez la vidéo, je crois vraiment que les gens ne le voient pas... C'est donc aussi un manifeste fort que de se rendre invisible à une époque oû chacun ne rêve que d'être vu... Mais comme nombreux sont ceux qui en rêvent et font tout pour, comme me le faisait constater un ami peintre (www.francis-ray.eu, attention, ça décoiffe...), tout le monde s'en fout!

Je décerne donc un Ferrero d'or à Liu Bolin, que j'espère rencontre un jour, ainsi que l'auteur de ce blog. Le troisième Ferrero dans le mini-étuit, je me le garde pour moi.

***
J'ai dit dans un autre article tout le bien que je pensais de Nicole Esterolle (www.schtroumpf-emergent.com). Je suis toutefois un peu déçue de sa dernière newsletter de mi-décembre, qui condamne rudement deux critiques d'art ayant encensé Maurizio Catelan. Je n'aime ni son cheval collé dans le mur, ni son évêque lapidé par chute inopinée d'un morceau de cathédrale... Par contre, je ne trouve pas bête du tout ces trois bras en salut fasciste émergeant d'un mur, car pour moi, cela évoque la décérébration et la déshumanisation des enrôlés du fascisme. Et je trouve absolument géniale son installation des grosses lettres "Hollywood" posées sur une décharge napolitaine, avec tout le gratin du gotha art-fric pour vernissage... Cette installation est emblématique de notre civilisation, le bling-bling les pieds dans la décharge, pour ne pas dire dans la m... Quelque part, cela me rappelle Houellebecq, romancier de notre néant. Heureusement que nous ne serons plus là, dans cinquante ou soixante ans, pour contempler le désastre de ce début de millénaire occidental qui lamine ses peuples. Quelques rares éclopés parviennent à s'en extraire, définitivement ou temporairement... ils partent en silence, doucement, mais c'est eux qui auraient des choses à dire.

Alors, coup de griffe, Nicole, mais j'attends la suite.

Comme on a parlé de Catelan et de ses bras fascistes, je ne saurais trop vous recommander un excellent film sur le même thème, celui de l'autocratie, intitulé "La Vague" du réalisateur Dennis Gansel. Il est en téléchargement à prix très doux, et c'est un film qu'on devrait montrer dans toutes les écoles d'Europe et d'ailleurs...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article